Les hydrides loup chien pourront être abattus - parc animalier sur le loup

LOUP DE MON COEUR

LOUP DE MON COEUR

Les hydrides loup chien pourront être abattus

20180329164834596-0.jpg

 

Une délégation a été reçue à l’Elysée mercredi pour défendre les éleveurs

de brebis face au problème du loup. La délégation des Territoires,

constituée d’éleveurs et d’élus, dont Mélanie Brunet la coprésidente

de Cercle 12, et accompagnée de leur avocat ont rencontré Audrey

Bourolleau, conseillèreagriculture et Stéphane Bouillon, préfet de la

région Auvergne-Rhône-Alpes, coordinateur du plan loup.

Durant cet entretien qui aura duré près d’1h30,

« le préfet a reconnu qu’il fallait éliminer les hybrides ».

 

Pâs de protection de Berne pour les croisements loup-chien

 

« Lors d’une journée de formation en Aveyron, l’ONCSF avait reconnu

que l’hybride était présent sur le territoire de l’Aubrac », souligne Mélanie

Brunet. L’Aveyron et la Lozère ont également été reconnus comme zone

non-protégeable selon l’INRA. 

75% de la population des loups sont hydrides.


« Nous sommes satisfaits mais on ne pas laisser nos collègues des départements

voisins sur le côté. La prédation doit baisser. On ne s’en tiendra pas à ça.

 

 

On veut du concret », prévient Mélanie Brunet.
Fin novembre 2017, un collectif informel d’éleveurs et d’élus avait présenté

à la chambre d’agriculture de Grenoble, une « étude scientifique » selon

laquelle une partie des attaques d’animaux attribuées à des loups serait en

fait à mettre au compte d’hybrides du chien et du loup qui ne seraient pas

protégés par la convention de Berne et pourraient donc être abattus.

 

            0d9603d0.png

 

 

 

 



30/03/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres